mercredi 2 juillet 2014

De l'absurdité des partis politiques

Article 4
  • Les partis et groupements politiques concourent à l’expression du suffrage. Ils se forment et exercent leur activité librement. Ils doivent respecter les principes de la souveraineté nationale et de la démocratie.

Extrait de la Constitution Française
À l'approche de chaque grande élection (présidentielle, européenne, municipal), on nous ressort les sites permettant de savoir, en quelques clics, pour quel parti voter, en fonction de nos convictions. Ces sites utilisent en moyenne une trentaine de questions, répartis dans une dizaine de catégories différentes, et permettent de mettre plus d'importance à certaines questions que d'autre.

Dans la plupart des cas, en tout cas dans le mien, j'obtiens des taux d'affinités variant entre 5% et 60% selon les partis. Résultat qui au final ne me surprends pas. Chaque parti va avoir une position différente sur chaque question, et chaque individu aussi. Difficile de trouver un parti qui va avoir exactement les même positions que nous sur tous les sujets.

Cela est, à mon sens, un véritable problème, surtout quand au deuxième tour des élections présidentielles ne restent que deux partis qui ne m'intéressent pas 1. Obligé de choisir entre Charybde et Scylla, et de désigner un programme global avec lequel je suis plus en désaccord qu'en accord.

À ce sujet, je me permet de vous proposer cette vidéo. Mouseland est un dessin animé tiré d'un discours de Tommy Douglas, qui fut premier ministre de la Saskatchewan (une province canadienne). Cette vidéo est toujours d'actualité...



Utopie

Je prends ma plume d'utopiste deux secondes pour vous dresser le portrait d'un fonctionnement un peu différent. Pourquoi ne voterions nous pas plutôt pour nos ministres ? Nous élirions ainsi en fonction de nos choix une politique de "gauche" pour tel sujet et de "droite" pour tel autre.

Le président de la république, quand à lui, n'aurait plus qu'un rôle diplomatique, et n'être que l'image de la France à l'extérieur. Ou bien nous pourrions être le premier pays à ne pas avoir un pantin pour serrer des mains sur les photos, et n'avoir, pour nous servir2, qu'un ensemble de ministre ayant chacun une ligne directrice imposée par le vote des électeurs.

La vie politique, écologie, économique et sociale en France est bien trop complexe pour qu'une seule vision puisse satisfaire dans tous les cas. Même ceux ayant voté pour François Hollande dès le premier tour en 2012 peuvent avoir eu des désaccords sur tel ou tel point. Ne serait il pas plus juste, vis à vis des Français, d'avoir une granularité plus fine sur notre votre, plutôt que de choisir entre chat noir et chat blanc ?

  1. Les partis au second tour sont quasiment toujours les mêmes d'ailleurs... mais je reviendrais la dessus prochainement.
  2. Oui, en théorie le gouvernement n'est pas le maitre du peuple, mais son serviteur. En théorie...